L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Réseau de l’agriculture de conservation africain ont passé, jeudi 7 février 2019, un protocole d’accord visant à encourager les petits agriculteurs à améliorer leur accès à la mécanisation agricole durable, tels que les tracteurs à deux roues et autres engins à moteur permettant d’économiser le temps de travail et la fatigue.             

Ce partenariat, selon la FAO, vise également à lier l’utilisation de machines agricoles à l’agriculture de conservation, qui est un système agricole favorisant une perturbation minimale du sol et la plantation d’espèces végétales complémentaires pour améliorer la biodiversité et les processus biologiques naturels.

En Afrique, les petits exploitants utilisent leur propre force musculaire pour manier, par exemple, la houe manuelle et ce, dans une proportion de 65% de la main-d’œuvre totale nécessaire à la préparation des sols. L’apport des animaux de trait représente 25% et les engins à moteur seulement 10%.

En Asie du Sud, par comparaison, la force musculaire humaine est utilisée pour 30% des travaux de préparation des sols, contre 40% pour les engins à moteur, alors qu’en Amérique latine et dans les Caraïbes les engins à moteur représentent 50%.

« L’adoption massive de l’agriculture durable, ancrée dans la durabilité commerciale, environnementale et socio-économique, contribuera de manière significative à la réalisation de la Vision 25×25 de la Déclaration de Malabo de l’Union africaine et de l’Agenda 2063 : l’Afrique que nous voulons », a déclaré M. Saidi Mkomwa, Secrétaire exécutif du Réseau, lors de la signature du protocole d’accord.

« L’un des moyens de parvenir à une production agricole durable en Afrique est l’adoption de l’agriculture de conservation épaulée par une mécanisation plus appropriée », a déclaré de son côté M. Bukar Tijani, Sous-Directeur général de la FAO responsable du Département de l’agriculture et de la protection du consommateur.

« Ce partenariat pour l’Afrique constituera une plate-forme qui rassemblera les parties prenantes du secteur privé, des groupes d’agriculteurs, de la société civile, des ministères de l’Agriculture et d’autres afin que cette collaboration nous permette de réaliser notre vision d’un monde  ‘Faim Zéro’ », a-t-il ajouté.

Lien entre mécanisation et agriculture durable

La mécanisation tout au long de la chaîne de valeur alimentaire – de la production à la récolte en passant par la manutention, la transformation et le transport – allège les tâches fastidieuses, augmente la productivité agricole, améliore les revenus et crée de nouveaux emplois tels que les services d’installation et d’entretien. La mécanisation durable permet également de préserver les ressources naturelles tandis que les systèmes agricoles deviennent plus résilients au changement climatique.

L’Union africaine s’est engagée à bannir la houe manuelle d’ici à 2025. L’année dernière, la FAO et l’UA ont publié le document intitulé Mécanisation de l’agriculture durable: un cadre pour l’Afrique (SAMA). Aussi bien l’accord conclu aujourd’hui avec le Réseau de l’agriculture de conservation contribuera-t-il à la mise en œuvre de ce cadre.

La collaboration vise également à promouvoir le partage des connaissances et à soutenir un dialogue politique plus approfondi sur la mécanisation agricole durable et l’agriculture de conservation.

Le Réseau, créé en 2006, est une organisation internationale panafricaine à but non lucratif vouée à l’amélioration des moyens d’existence en Afrique grâce à l’agriculture durable, l’agroécologie et la gestion des écosystèmes.

 

 

Commentaires : 0

Laisser un commentaire

Articles similaires