Chargement...

Nouveau financement pour le secteur de l’élevage

Cela s’inscrit dans le cadre de la seconde phase du projet régional d’appui au pastoralisme du Sahel...


Après des résultats probants de la première phase du PRAPS, la banque mondiale va débloquer une nouvelle manne financière importante pour stimuler les efforts d’amélioration de la productivité et la résilience du secteur de l’élevage.

Ce mardi, la banque mondiale a annoncé un nouveau financement de 200 milliards de francs Cfa pour soutenir le secteur pastoral dans les pays du sahel. Il s’agit du Sénégal, du Niger, de la Mauritanie, du Burkina Faso, du Mali et du Tchad.

En effet, ce financement se fera à travers l’association internationale de développement (IDA) et s’inscrit dans le cadre de la seconde phase du projet régional d’appui au pastoralisme du Sahel (PRAPS).

 

Selon l’institution mondiale, la première a été un franc succès.

Dans cette seconde phase, la banque mondiale estime qu’il s’agira d’épauler la résilience de 13 millions d’éleveurs que compte le Sahel en améliorant les systèmes de santé ainsi que l’accès aux ressources naturelles. De nouvelles zones de pâturages et de nouveaux points d’eau seront cependant créées.

 

 

Dans son communiqué, la banque mondiale a indiqué que les restrictions sanitaires de la pandémie de Covid-19 ont impactés les activités pastorales. Également, de nouveaux axes de transhumance seront définis.

« Des efforts constants des gouvernements et de leurs partenaires, l’insécurité alimentaire et la malnutrition continuent de sévir au Sahel et les systèmes d’élevage pastoral font partie, parmi d’autres leviers, des solutions cruciales pour y remédier, tout en contribuant à l’entretien de vastes pan d’un territoire fragile dans ces régions arides et semi-arides. », renseigne le communiqué.

A lire aussi

Rédactreur(trice)

0 commentaires

Laisser un commentaire