Notions préventives pour de meilleurs performances en élevage de mouton.


L’élevage des moutons n’est pas une activité facile sachant que les bêtes sont toujours exposés à des risques de maladies, dont chaque éleveur se doit de prévenir et de soigner en cas de d’atteinte. Au Sénégal, il existe plusieurs types de maladies dont les moutons peuvent être atteints. Celles qui sont les plus fréquentes sont les suivantes : Les maladies à germes aérobies comme la pasteurellose qui est une maladie due principalement à la pasteurella multocida qui est une bactérie qui affecte les moutons, pour la traiter on utilise le pasteurelad comme vaccin. Dans ce même type de maladie on retrouve aussi les Mammites qui se distinguent par une inflammation des mamelles chez la brebis. Elles sont traitées par des antibiotiques à base de pénicilline G (exemples : penistrepto, amoxycol…) et des anti-inflammatoires. Les maladies à germe anaérobies comme le Tétanos qui sont des maladies dont le germe responsable est le clostridium tetani. Ces maladies atteignent le plus souvent les nouveaux nés par une infection du cordon ombilical après la naissance et aussi les brebis lors de la mise bas. Ainsi l’injection d’un sérum anti tétanique au nouveau-né et à la brebis avec une couverture antibiotique de celle-ci pourrait éviter cette maladie. Pour ce type de maladie on peut aussi citer l’entérotoxémie qui est une maladie due au développement anormalement important de bactéries généralement anaérobies et du genre Clostridium, bactérie qui synthétise des toxines provoquant l’empoisonnement interne de l’animal. Elle affecte surtout les jeunes, mortelle après une brève évolution (quelques heures). -Les troubles respiratoires qui sont le plus souvent causés par des bactéries présentes dans l’alimentation par exemple dans la poussière de la paille. Pour traiter ces troubles on peut utiliser des antibiotiques. -Les troubles digestifs qui sont en général d’origine alimentaire ou infectieuse (bactérienne) ; Pour traiter ces troubles on peut utiliser des antibiotiques. -La dystocie qui est une maladie plus fréquente chez les moutons Ladoum qui rencontrent des difficultés au cours de la mise en bas. Elle nécessite l’intervention d’un spécialiste pour secourir la femelle ne pouvant pas sortir le nouveau né. Elle peut être causée par une suralimentation ou une malformation ou bien une male position du fœtus. Pour cette dystocie on doit diminuer les concentrés lors de la troisième partie de gestation et supplémenter les femelles en calcium. -Les piétins qui sont des affections du pied des moutons, caractérisées par un ramollissement du sabot et une suppuration. Pour éviter cette maladie il faudra bien nettoyer les enclos en faisant des vides sanitaires. En cas d’atteinte il faut bien nettoyer le pied avec de l’eau oxygéné et puis passer à un traitement. -Le prolapsus qui est une maladie qui se caractérise par un abaissement d’un organe suite à un relâchement, une distension de ses attaches naturelles. Elle peu être de nature utérin ou anal. Cette maladie est due à une sous alimentation au moment de la gestation. Pour lutter contre cette maladie on doit assister les femelles à la dernière partie de gestation. -Les toxémies de gestation qui sont dues à des carences en énergie du fait que les femelles gestantes mangent une petite quantité, due à une occupation du ventre par le fœtus. Pour lutter contre ces toxémies on supplémente les femelles avec certains produits comme le cétophyton. Cette variété de maladie que l’on retrouve chez les moutons fait qu’il y a une multitude de médicament permettant de les traiter ou de les prévenir. Parmi ces médicaments, nous pouvons citer : ORNIPURAL qui est une solution injectable indiquée comme hépato-protecteur et régulateur de l’ammoniémie ; SEPTOTRYL utilisé pour le traitement des infections respiratoires, digestives et urinaires dues à des germes sensibles à la Sulfaméthoxypyridazine et au Triméthoprime ; SORBILAX qui traite les constipations et les stases intestinales ; TENALINE utilisé pour le traitement des maladies infectieuses à bactéries et autres micro-organismes sensibles à l’Oxytétracycline telles que les infections génito-urinaires et les infections du pied ; AMOXYCOL qui est un injectable efficace dans le traitement des infections causées par des bactéries sensibles à l’amoxycilline et à la colistine telles que les infections gastro-intestinales ou génito-urinaires ; DEXAMETHASONE qui est un médicament anti-inflammatoire et anti-allergique. Il existe donc plusieurs médicaments pour assurer la bonne santé des moutons d’autant plus que leur accès n’est pas difficile. En effet, les médicaments vétérinaires sont de plus en plus utilisés de nos jours au Sénégal grâce à l’aide des firmes et aux laboratoires de fabrication de ces médicaments. Chaque firme a ses propres représentants qu’on appels des grossistes qui sont chargés à livrer les médicaments aux docteurs vétérinaires qui à leur tour vont livrer les techniciens d’élevage et les éleveurs. De ce fait ces médicaments sont facilement accessibles par tout le monde car les prix sont abordables et leur présence est effective dans toutes les pharmacies à savoir humaine ou vétérinaire. Cependant, il est important de noter qu’il y a des médicaments comme les antibiotiques et certaines vitamines qui ne sont délivrés que sous ordonnance bien prescrite par un spécialiste dans ce domaine. A part les médicaments il y a également beaucoup de vitamine qui sont injecté aux moutons. Ces vitamines jouent un rôle très important dans le processus de développement du mouton. Les rôles joués par les vitamines se différencient suivant la composition et l’excipient. On peut distinguer différents rôles à savoir la correction des désordres liés au métabolisme, la correction des problèmes de sup-fertilité, la prévention les désordres de pré et post-partum (prolapsus de l’utérus), la prévention des maladies du cœur, le renforcement de l’immunité, l’amélioration de la croissance et de la performance y compris l’augmentation du poids, la restauration de la vigueur, de la vitalité et de la force, le traitement et la prévention de carences. En outre, il important de savoir que l’administration de ces médicaments, plus précisément les antibiotiques, chez les animaux peut entrainer des conséquences sur la santé de l’homme qui consomme cette viande. Ces conséquences se manifestent notamment dans l’organisme d’un homme malade qui suit un traitement. En effet pour chaque administration de médicament chez l’animal, il y a un temps d’attente à respecter qui varie selon le type de médicament avant d’utiliser la viande ou le lait de l’animal. Ainsi, le non-respect des temps d’attente des médicaments peut entrainer une résistance chez l’homme vue que le principe actif des médicaments vétérinaires et celui des médicaments humains sont identiques ce qui pourrait par conséquent provoquer la résistance aux antibiotiques chez les humains. De ce fait le médicament qui doit soigner l’homme malade devient alors inefficace. Pour les vitamines, il n’y a presque pas de conséquences sur la santé de l’homme qui consomme cette viande. Cela est dû par le fait que la plupart des vitamines ne nécessite pas un temps d’attente à l’exception de certaines vitamines comme la COFAVIT 500 qui en raison de la présence de vitamine A, nécessite un temps d’attente de 60 jours avant de pouvoir consommer la viande.  

Commentaires : 0

Laisser un commentaire

Votre numéro du mois est arrivé

En vedette

Accompagnement

Nos partenaires

Discutez avec Senagriculture Média
sur WhatsApp