La transformation de l’agriculture de subsistance en Afrique dépend de la disponibilité de nouvelles technologies pour aider les agriculteurs à accéder au crédit, aux informations météorologiques et aux nouveaux marchés, ont déclaré des experts lors d’un forum à Nairobi mardi.

Selon les experts, les plateformes numériques sont essentielles pour libérer le potentiel des petites exploitations agricoles en Afrique, dont la croissance est freinée par les chocs climatiques, la volatilité des marchés, le sous-financement et le déficit de compétences.

“La connexion des petits exploitants aux plateformes numériques améliorera l’accès au financement des intrants nécessaires aux achats, ainsi que des informations sur la météo et les marchés”, a déclaré Andrew Karlyn, directeur de l’apprentissage stratégique chez Mercy Corps.

Il a parlé en marge de l’événement d’apprentissage annuel organisé par Mercy Corps pour faire le point sur l’impact de son programme AgriFin Accelerate (AFA) qui vise à remédier aux goulots d’étranglement qui entravent la productivité des petits exploitants.

Le programme quinquennal mis en œuvre au Kenya, en Tanzanie et en Zambie vise à garantir que les petits exploitants agricoles aient accès à des produits et services financiers abordables pour améliorer leur productivité.

Environ 1,2 million de petits agriculteurs dans les trois pays africains ont bénéficié du projet de 2,5 milliards de shillings kényans (environ 25 millions de dollars américains).

Myriam Khoury, vice-présidente à l’innovation chez Mercy Corps, a déclaré que des options de financement innovantes pourraient libérer le potentiel inexploité des petits exploitants agricoles africains alors que le continent se prépare pour un avenir sans faim, sans pauvreté et sans maladie.

“Les petits agriculteurs ont d’énormes possibilités s’ils exploitent des produits financiers innovants, mais le secteur public doit élaborer des politiques et des réglementations pour garantir la pérennité des avantages”, a déclaré Mme Khoury.

Elle a révélé que le programme AFA sera bientôt lancé en Éthiopie et au Nigéria, où il devrait bénéficier à environ un million de petits exploitants agricoles.

“Nous nous sommes engagés à étendre ce modèle de transformation des moyens de subsistance des petits agriculteurs par le biais de partenariats avec des organisations dotées d’un écosystème numérique robuste”, a déclaré Mme Khoury.

 

Commentaires : 0

Laisser un commentaire

Articles similaires