Les bienfaits de la viande de lapin.


Les bienfaits de la consommation de la viande de lapin» a été le thème d’une Journée d’information et de sensibilisation organisée dernièrement à El Kseur. A l’initiative de la Direction des services agricoles et de l’association des éleveurs de lapins «Soummam» de Béjaïa, cette manifestation s’est déroulée, au CFPA de la ville. Elle a été l’occasion pour les éleveurs de lapin de s’informer sur les aides octroyées par l’État dans ce domaine, et ce auprès des organismes financiers, dont l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (Ansej), la Caisse nationale d’assurance chômage (CNAC) et l’Agence nationale de gestion du microcrédit (Angem), mais aussi sur les derniers équipements d’élevage mis en vente, les aliments et autres assistances techniques et scientifiques, auprès de l’Institut national de recherche agronomique (INRA) d’Oued Ghir.

A noter que les éleveurs de lapins de la wilaya de Béjaïa cherchent à valoriser la cuniculture. Présentement, la filière est en plein essor dans la région, en termes de techniques d’élevage et de production. Néanmoins, la consommation de la viande de lapin reste marginale dans la région. «L’élevage du lapin est, à la fois, facile et difficile. Tous les paramètres sont réunis pour booster cette filière. D’ailleurs, nous avons une usine de fabrication d’aliments ici même à El Kseur et une autre de fabrication de batteries.On a toutes les possibilités pour améliorer la production et assurer un approvisionnement régulier du marché en viande de lapin, mais il nous manque une chose : nous ne savons pas la consommer», a regretté un éleveur également président de l’association des éleveurs de lapins «Soummam». «En premier lieu, cela est dû au manque d’organisation de la filière. Nous travaillons d’une façon artisanale, ce qui ne nous permet pas de pénétrer le marché convenablement.

Lire aussi: Aviculture: améliorer l'hygiène pour booster les ventes

Deuxièmement, certains parmi nous abandonnent un an après le lancement de leur investissement, du fait qu’ils n’aient pas assez de connaissances sur les conditions d’hygiène et de prévention contre les maladies qui touchent le lapin», a tenu à expliquer un autre éleveur. Malgré toutes ces contraintes, nombreux sont les jeunes qui désirent se lancer dans cet élevage. D’ailleurs, «Soummam» compte des dizaines de membres, issus, entre autres, des communes de Kherrata, Akfadou, Tazmalt et Sid Aïch.Il y a quelques années, la wilaya enregistrait à peine six éleveurs, alors qu’ils sont aujourd’hui des dizaines à produire plus de 3 000 lapereaux, lapins et lapines. Par ailleurs, il faut savoir que la viande de lapin, selon des nutritionnistes, se caractérise par des apports énergétiques très modérés (environ 170 kcal/100 g). Elle apporte 20,5 % de protéines pour 100 g de viande. Outre cela, le lapin est un monogastrique qui ne transforme pas les graisses de son alimentation. Ainsi, sa viande contient 10 % de lipides dont la moitié est formée d’acides gras insaturés. Son alimentation végétale lui apporte de ce fait des acides gras insaturés. Aussi, la viande de lapin couvre 15 % des apports nutritionnels conseillés (ANC) pour 100 g.

Lire aussi:Alimentation de bétail: le gouvernement annonce une opération de sauvegarde

Quant à la cuisse de lapin, elle est la plus maigre avec seulement 4 % de lipides pour 100 g. Les parties à plus forte teneur en oméga 3 sont l’avant et le râble. D’autre part, la viande de lapin apporte des quantités très appréciables de vitamines du groupe B (B6, B12 et PP), en plus d’être pourvue de nombreux minéraux et oligo-éléments (zinc, magnésium, potassium). En revanche, comparé aux autres viandes, le lapin est relativement pauvre en fer.

 

Commentaires : 0

Laisser un commentaire

Votre numéro du mois est arrivé

En vedette

Accompagnement

Nos partenaires

Discutez avec Senagriculture Média
sur WhatsApp