FIARA 2019 : ENTRE DÉCOUVERTES ET PROMESSES DE BONNES AFFAIRES.


Dakar, 16 avr (APS) – Cinq jours après l’ouverture officielle de la 20ème Foire internationale de l’agriculture et des ressources animales (FIARA), exposants et visiteurs espèrent réaliser de bonnes affaires.

L’édition 2019 de la FIARA, ouverte officiellement vendredi, au Centre international du commerce extérieur du Sénégal (CICES), va notamment se poursuivre jusqu’au 2 mai.

Des acteurs locaux de l’élevage et d’autres provenant de l’étranger mettent à profit cette manifestation foraine pour présenter différentes races d’animaux, à caractère souvent exotique, et généralement proposés aux éventuels acheteurs à des prix très élevés.

"Les initiatives de ce genre nous motivent. Nous n’avons pas encore en tant que jeune éleveur les moyens de rivaliser avec les exposants, mais le fait de venir à la FIARA nous encourage à croire davantage à notre activité’’, Ibrahima Seydi.

Trouvé à la FIARA en pleine séance d’admiration de bêtes exposées dans un stand, le jeune éleveur salue le travail réalisé par les éleveurs locaux.

’’J’ai été impressionné par ce que j’ai vu aujourd’hui. Les éleveurs sont en train de réaliser d’énormes exploits. J’entendais souvent parler de races de moutons. J’ai pu en découvrir beaucoup dans les différents stands de la foire’’, a-t-il souligné.

‘’C’est la première fois que nous exposons à la FIARA. Nous vendons des moutons de la race ‘’Ladoum’’. Certains clients en ont acheté. Ils proposent une avance et préfèrent attendre la fin de la foire pour compléter et récupérer les animaux’’, s’est ainsi réjoui, Aba Fall, éleveur rufisquois, débout au milieu de ses moutons.

Babacar Aïdara, vendeur de pigeon originaire de la région de Thiès, n’a pas encore enregistré de commande. Il reste cependant optimiste sur la venue en masse des clients à mesure qu’on avance dans la foire.
 
’’Nous disposons de plusieurs races de pigeons que nous proposons aux visiteurs à des prix variant entre 80 000 et 300 000 francs CFA’’, s’est-il empressé de préciser.

Les éleveurs de la sous-région ne sont pas, non plus, en reste dans la 20ème FIARA. C’est le cas Youssoupha Abdoul, venu du Niger, et qui s’active encore à l’installation de son stand avant de présenter ses bêtes.

’’Nous n’avons pas encore commencé à vendre. Nous venons d’arriver après sept jours de trajet avec les animaux. Dès que nous serons installés, les visiteurs vont voire les onze races de moutons que nous allons leur proposer’’, a promis l’éleveur nigérien.

"Il faudrait penser à la mobilité de la FIARA. C’est une bonne chose de l’organiser à Dakar, mais cela serait intéressant de la transformer en manifestation itinérante’’, préconise El Hadji Guèye, chargé de la communication à la Société nationale d’aménagement et d’exploitation des terres du delta du fleuve Sénégal et de la Falémé (SAED).

Selon Guèye, rencontré dans le stand de la SAED, le fait par exemple de délocaliser la FIARA chaque année dans une région du pays constituerait une opportunité d’affaires pour les acteurs locaux et serait en même temps important dans la promotion et la valorisation des leurs produits.

Commentaires : 0

Laisser un commentaire

Votre numéro du mois est arrivé

En vedette

Accompagnement

Nos partenaires

Discutez avec Senagriculture Média
sur WhatsApp