Chargement...

Fertilisation des sols : Pourquoi fertiliser ? Choisir un engrais Bio, organique ou Chimique ?


Fertiliser, c'est nourrir ses plantes, donc leur apporter en quelque sorte de la nourriture. Mais attention : cela ne doit être envisagé que si la plante ne trouve pas ce dont elle a besoin dans le sol. En principe, un végétal devrait se débrouiller tout seul… Une plante ne dépérit jamais lorsqu'elle manque d'engrais : au pire, elle cesse de pousser.

Fertilisation nécessaire

Lorsque la terre est pauvre, comme c'est souvent le cas autour des maisons neuves, il faut envisager d'apporter un complément aux plantes. Cette terre de remblai bien maigre ne peut nourrir une jeune haie, ou des arbres, qui sans dépérir, vont pousser lentement. En terre normale, c'est-à-dire cultivée depuis longtemps, les ressources sont parfois limitées pour certains végétaux qu'on y plante. Les très grands bambous par exemple, sont incroyablement gourmands. A moins de jouir d'une terre très riche, il vaudra mieux là aussi penser à nourrir les plantes.

Là où un apport est indispensable

Enfin, il y a les terres pauvres, comme ces sols très caillouteux et pentus que l'on trouve dans le sud, ou les terres très sableuses, comme sur la côte Atlantique et dans le Nord-Est. Ces terres sont si pauvres que les agronomes parlent parfois de sol squelettique ! Face à ce type de situation, fertiliser est indispensable si l'on veut obtenir des plantations luxuriantes. Dans l'idéal, il faudrait planter des végétaux en fonction des possibilités de la terre. Il serait préférable en sol pauvre de placer des végétaux sobres, comme des bruyères ou des genêts, quitte à faire des essais et privilégier ce qui pousse le mieux. C'est encore la meilleure solution si l'on recherche la tranquillité d'entretien. Mais sur le plan visuel, ce ne sera pas forcément à votre goût. Si vous recherchez la luxuriance en sol pauvre, apprêtez-vous à nourrir les plantes.

Pourquoi fertiliser ?

Un rosier ayant reçu trop d'engrais (par pulvérisation) : les feuilles roussissent !

Engrais, compost et compagnie

Lorsqu'on parle de fertilisation, on pense tout de suite aux engrais. C'est une erreur ! Les engrais correspondent à des matières, d'origine chimique ou organique (naturelles) qui libèrent dans le sol des éléments nutritifs. Il est rare qu'un engrais puisse servir à tous les types de plantes. En général, un engrais ne s'adresse qu'à certains types de plantes. Le seul et véritable engrais polyvalent, c'est le compost ! La matière humifère obtenue par complète décomposition de déchets végétaux apporte tous les éléments nutritifs aux plantes de jardin, quel que soit leur type. Outre les engrais et le compost, on peut nourrir les plantes d'une troisième façon : en garnissant le pied de matières qui vont s'y décomposer. Les paillis comme la paillette de lin, de chanvre ou les coques de cacao ont la faculté de se décomposer rapidement au contact du sol. Ils nourrissent donc les plantes qui sont à proximité. Faire du compost ou laisser des paillis se transformer en humus au pied des plantes demande un peu de temps. Lorsqu'il faut aller vite, les engrais permettent de gagner du temps.

Attention à l'excès d'engrais !

Il ne faut pas employer les engrais n'importe comment, sous peine d'arriver à des déboires. Le principal risque est d'en mettre trop. On a l'impression que rajouter un peu plus que la dose indiquée ne fait pas de mal… et en réalité, on blesse la plante. Un végétal, pour explorer les ressources du sol, forme autant de racines que nécessaire. Il a tendance à en faire plus lorsqu'il a "faim" qu'en sol riche, où les éléments nutritifs abondent. Si on rajoute trop d'engrais, les racines se trouvent d'un coup débordées par les éléments nutritifs. Soient elles périssent en partie, soit elles pompent tout et c'est la plante entière qui périt.

Chimique, organique ou bio ?

Avec le compost, vous ne courez aucun risque de mauvais dosage !

Les produits fertilisants ont deux origines possibles : organique ou chimique. Les engrais organiques correspondent à une matière naturelle issue du vivant : autant dire qu'ils sont variés. Les déchets animaux ou végétaux fournissent une large palette d'engrais organiques. Ils doivent se décomposer en terre pour servir aux plantes, même si parfois cette décomposition est rapide. Certains engrais organiques se présentent sous forme de liquides et se décomposent en quelques jours seulement. D'autre demandent plusieurs mois avant d'agir : on les appelle engrais de fond, car ils libèrent leur nourriture lentement mais longtemps !

Les engrais organiques sont utilisables en agriculture biologique. Cependant, ils sont rarement bio : pour cela, il faudrait prouver que les constituants de l'engrais ont eux-mêmes été produits selon les méthodes de l'agriculture biologique. La plupart du temps, parler d'engrais biologique est abusif, sauf si celui-ci porte clairement la mention "AB".

On parle parfois aussi d'engrais naturel, ce qui peut prêter à confusion. Les vrais engrais naturels, comme les nitrates du Chili ou le lithothamne, sont extraits dans des mines spéciales. Il s'agit de matières non renouvelables et donc non durables.

Les engrais chimiques sont fabriqués (à partir de composants simples et d'énergie). Ils ont, en théorie, la même action sur les plantes que les autres engrais, à ceci près qu'ils agissent souvent plus vite, puisqu'ils ne nécessitent pas de décomposition.

Engrais liquide ou solide ?

Les deux formes ont leur avantage. Les engrais liquide se glissent facilement dans un arrosoir mais il faut veiller à ne pas se tromper sur la dilution. Les engrais solides n'ont pas besoin de préparation mais il faut les enfouir au pied des plantes avec un outil, à la bêche ou avec un transplantoir par exemple. Ils s'avèrent plus pratiques à l'emploi sur de grandes surfaces, car diluer son engrais dans l'arrosoir devient vite lassant !

Il n'y a pas de "bonne dose"

Définir en gramme ou en volume la dose que nécessite chaque plantation est impossible ! En effet, les engrais sont plus ou moins concentrés : il faut donc en mettre plus ou moins. Mais le souci principal consiste à déterminer si vos plantes ont vraiment besoin d'engrais. Un examen de votre terre (par exemple en faisant procéder à une analyse de sa composition par correspondance) vous mettra sur la piste des besoins. Procédez également à une inspection minutieuse de vos plantes : semblent-elles avoir des carences, du mal à fleurir ou ne plus pousser du tout comparées aux mêmes plantes dans le voisinage ?

L'engrais foliaire

Apporter de l'engrais par les feuilles : voilà une méthode peu connue ! Il suffit de diluer fortement un engrais liquide dans un pulvérisateur et d'appliquer l'engrais en fines gouttelettes sur le feuillage des plantes à fertiliser. L'absorption est meilleure et on gâche moins de produit. En revanche, si on se trompe dans le dosage, la brûlure des feuilles ne pardonne pas ! Les engrais organiques liquides ne conviennent pas à cet usage : seuls les engrais chimiques liquides peuvent s'appliquer de cette façon, pour les jardiniers expérimentés.

Rédactreur(trice)

0 commentaires

Laisser un commentaire