ImpactAgri a pour mission de rassembler les principales entreprises, investisseurs et parties prenantes afin de créer des agro-industries économiquement viables, socialement inclusives et respectueuses de l'environnement dans toute l'Afrique.

Les sociétés minières sont parmi les plus grands propriétaires fonciers et contributeurs économiques en Afrique. En tant que tels, ils ont une opportunité et une responsabilité uniques d’élaborer des stratégies de diversification économique fondées sur l’utilisation durable des ressources en terres et en eau. L'agriculture devrait être un élément central de cette stratégie, où les besoins de l'exploitation minière et de l'agriculture dans les zones rurales se chevauchent à bien des égards et à tous les stades de la vie d'une mine. ImpactAgri travaille avec l'industrie minière en Afrique, et de plus en plus ailleurs, pour aider les sociétés minières à contribuer aux impacts économiques, sociaux et environnementaux de l'agriculture durable et à en tirer profit. Le travail d’ImpactAgri joue un rôle clé dans l’élaboration de stratégies minières responsables pour de nombreuses entreprises.

lire aussi : l'Agritech compte plus de 33 millions d'utilisateurs en Afrique.

Jon White, fondateur et chef de la direction d'ImpactAgri, avait 20 ans d'expérience dans l'agriculture lorsqu'il a reconnu la nécessité de trouver un nouveau moyen d'améliorer la logistique, l'accès au marché et le financement des entreprises agroalimentaires émergentes en Afrique. Il pense que l'agriculture peut être le catalyseur du développement socio-économique tout en préservant la nature. «Le meilleur moyen de créer de véritables emplois en Afrique et de réduire l'impact sur l'environnement consiste à utiliser des systèmes agricoles bien conçus, conçus de manière socialement responsable», a déclaré White, soulignant qu'il était difficile de briser le cycle de la culture sur brûlis. '. «Une grande partie de la déforestation qui se produit est due à la culture sur brûlis, où les sols deviennent pauvres après quelques années d'utilisation. Ils passent donc à un autre hectare, les brûlent, les plantent, y restent une année, puis passent à l'autre. hectare…"

Commentaires : 0

Laisser un commentaire

Nos partenaires