SENEGAL- Baisse de la pluviométrie: Pour une grande réforme agraire, gage d’émergence (Par Babacar Ba).


Le secteur primaire (environ 17% du PIB et plus de 50% de la population active) demeure particulièrement exposé aux aléas climatiques et à la volatilité des cours mondiaux des matières premières. Malgré sa contribution limitée au PIB, l’agriculture a pourtant le potentiel d’améliorer sensiblement le niveau de vie au Sénégal. Or, la croissance de ce secteur a été jusqu’à présent lente et instable, car sujette à des chocs climatiques liés aux variations de la pluviosité. Ce déficit pluviométrique constaté actuellement risque de plonger le pays dans une situation catastrophique si la tendance n’est pas renversée. Par ailleurs, des milliers de troupeaux ont déjà entamé des migrations en quête de pâturages, causant ainsi des déséquilibres au sein des territoires récipiendaires… Nous devons donc réagir car cette baisse de la pluviométrie doit nous conduire à repenser notre politique agricole. Un secteur agricole qui doit sortir de ce par


Commentaires : 0

Laisser un commentaire

Telecharger gratuitement

En vedette

Accompagnement