Au Maroc, les déchets agricoles deviennent du «charbon vert» écologique


Avec plus de 450 000 hectares de terres cultivées, la région du Souss-Massa au sud du Maroc, à côté d’Agadir, est considérée comme la première région primeuriste et agricole du royaume. Un jeune entrepreneur et inventeur a trouvé un moyen de récupérer et de valoriser les tonnes de déchets agricoles qui stagnent entre les serres. Il les transforme en charbon vert et écologique, qui concurrence le charbon de bois, plus toxique, plus polluant et qui participe à la déforestation. Ce produit est de plus en plus courant en Afrique. Un cluster de producteurs de charbon vert vient d’ailleurs d’être lancé en juin par l’association Initiatives Climat, un cluster dont fait partie cet entrepreneur d’Agadir... 

 

l existe de jeunes Marocains entreprenants, inventifs et sensibilisés aux questions environnementales. Hassan El Hemer en fait partie. Ce Berbère qui vit à 45 minutes du Jardin aux Etoiles a créé deux produits innnovants pour le Maroc. Il s’agit d’une part d’un charbon vert qui remplace le charbon de bois et d’autre part d’un charbon nommé « biochar », qui sert d’engrais fertilisant.

Titulaire d’une licence en gestion de l’Université Ibn Zohr d’Agadir, Hassan El Hemer se souvient que son engagement pour la protection de l’environnement date de son enfance, passée dans son village de Ghzala.

Il raconte au site huffpostmaghreb.com qu’il voyait les habitants brûler sans aucune stratégie des déchets organiques, comme les restes de tomates et de poivons. D’où son idée de trouver un moyen de valoriser ces déchets.

Déchets agricoles recyclés

Hassan EL Hemer a créé ses deux types de briquette de charbon avec les déchets de fin de saison des plantes sous serres, très nombreuses autour de son village. Il utilise dès lors les restes des poivrons, tomates, haricots et la biomasse des clémentiniers, des pêchers et des framboisiers. 

Ce recyclage intervient à la satisfaction des agriculteurs. Par manque de place, ces déchets organiques étaient jusqu’ici brûlés. La méthode développée par le jeune Berbère fait ainsi disparaître la pollution atmosphérique qui en résultait.

Pour son inventeur, le charbon bio est moins cher, puisqu’il est conçu à partir de déchets agricoles, et également moins polluant. D’après lui, le charbon vert qui remplace le charbon de bois est plus efficient. Il en faut en effet une moindre quantité pour un même  résultat.

LIRE AUSSI : L'entrepreneuriat agricole doit aller au delà de la production agricole.

Une  aide et des intéressés

Hassan El Hemer a présenté son projet à un incubateur de start-up. Encourageant les énergies vertes, Cluster solaire, affilié au MASEN (Agence marocaine de l’énergie solaire), l’a fait bénéficier d’une formation ad  hoc. Il lui a aussi attribué le financement nécessaire à la concrétisation de son idée.

Le projet de son « biochar » connaît déjà plusieurs intéressés, dont l’association néerlandaise Justdiggit, spécialisée dans la reforestation. Selon huffpostmaghreb.com, celle-ci a acheté le produit pour faire face à la sécheresse qui entrave la croissance des oliviers dans la région de Marrakech.

 

Hassan El Hemer cherche de nouveaux financements et souhaite créer sa propre entreprise. La COP22 (Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques) qui se déroulera en novembre à Marrakech sera l’occasion de proposer son charbon vert aux restaurants et hôtels de cette ville..

Le Jardin aux Etoiles s’est d’ores et déjà déclaré intéressé au charbon bio pour doper ses cultures, dès lors que notre option écologique a d’entrée  été concrétisée et mérite d’être prolongée et intensifiée. Une visite de Hassan El Hemer à Sidi Boumoussa est agendée. 

 

LIRE AUSSI : L'entrepreneuriat agricole doit aller au delà de la production agricole.

Commentaires : 0

Laisser un commentaire

Votre numéro du mois est arrivé

En vedette

Accompagnement

Nos partenaires

Discutez avec Senagriculture Média
sur WhatsApp