Au Mali, des formations en transformation alimentaire pour montrer qu’on peut réussir dans l’agriculture


 

 

En Afrique, les champs de l’espoir . Plusieurs programmes ciblent les ruraux pour les mettre sur la voie de l’entrepreneuriat dans l’élevage ou la transformation alimentaire.

La cour de Diop Aïché Guindo est silencieuse et ses occupantes studieuses. Autour de la cheffe du groupement de femmes de Baguinéda, une commune de la région de Koulikoro, la dizaine de jeunes membres présents observent religieusement les bidons en plastique se remplir de jus de zaban, un fruit répandu au Mali. « C’est une première dans notre village. Personne ne fait ça ici. Les habitants ont hâte de pouvoir en acheter », explique Mme Guindo en levant la tête de son entonnoir.La commercialisation va bientôt commencer. Jus de zaban et d’hibiscus, sirop de tamarin et confiture de mangue… Les 25 femmes de ce groupement ont bénéficié d’une formation accélérée en transformation agroalimentaire. Dispensé directement chez elles à travers une unité mobile mise en place par le Centre de formation en entrepreneuriat agricole de Baguinéda (CFEAB), ce module d’enseignement pratique de dix jours doit leur permettre, elles l’espèrent, de tripler leurs profits et ainsi de sortir de la pauvreté.

« Ici, la situation économique est vraiment difficile pour les femmes. Nous allons au champ, gérons de petits commerces. Nous pouvons gagner jusqu’à 1 000 francs CFA [1,50 euro] par jour, mais ce n’est pas assez pour vivre », déplore Mme Guindo avant de détailler ses ambitions : devenir entrepreneuse, améliorer ses revenus, acquérir une boutique au village et, enfin, conquérir de nouveaux marchés grâce à ces produits locaux qui demeurent, au Mali, trop peu transformés.

« La transformation alimentaire est un défi majeur », souligne Bakary Bengali, chargé de la pédagogie au CFEAB. Chaque année, une grande quantité de mangues et de zaban pourrissent, faute d’avoir été vendus. « Si on arrive à transformer ces fruits, poursuit M. Bengali, cela permettra de créer de la valeur ajoutée et d’augmenter le revenu de ces femmes. »

 

 

Commentaires : 0

Laisser un commentaire

Votre numéro du mois est arrivé

En vedette

Accompagnement

Articles similaires

Nos partenaires

Discutez avec Senagriculture Média
sur WhatsApp