AQUACULTURE AU SENEGAL : Un secteur qui a la force de ses faiblesses


« Il faut aller vers l’aquaculture qui est la seule alternative à la raréfaction des ressources halieutiques », disait Maguette Bâ, DG de l’Agence nationale de l’aquaculture (ANA). Il est vrai que, dû à une forte pression, les ressources précitées se font de plus en plus rares. Seulement, l’aquaculture tant clamée comme solution se présente comme une menace sur la ressource et sur l’environnement. Mais, heureusement qu’elle est forte de ses faiblesses. Dans une logique de préserver les ressources halieutiques, le Sénégal  a mis en place depuis 2006 une agence nationale de l’aquaculture. L’objectif, initier les personnes qui le veulent à la pratique de l’aquaculture qui est la culture ou l’élevage en milieu aquatique. Principalement, au Sénégal, on pratique la pisciculture ou l’élevage des poissons, la mytiliculture ou élevage des moules, ostréiculture ou l’élevage des huitres, la crevetticulture ou élevage des crevettes  et l’algocu


Commentaires : 0

Laisser un commentaire

Telecharger gratuitement

En vedette

Accompagnement