Chargement...

810.000 moutons attendus dont 260.000 pour la région de Dakar.

«Cette année, les objectifs nationaux en moutons de Tabaski pour un approvisionnement correct du marché sont fixés à 810 000 moutons dont 260 000 pour la région de Dakar», renseigne le directeur de l’élevage, Dame Sow.


En vue d’un approvisionnement correct du marché en moutons, les autorités s’attendent à recevoir 810.000 têtes dont les 260.000 sont destinées à la région de Dakar. L’annonce est du directeur de l’élevage, Dame Sow joint au téléphone par la rédaction de Sud Quotidien.

 

«Cette année, les objectifs nationaux en moutons de Tabaski pour un approvisionnement correct du marché sont fixés à 810 000 moutons dont 260 000 pour la région de Dakar», renseigne le directeur de l’élevage, Dame Sow. Malgré la pandémie de la Covid-19 et la fermeture des frontières terrestres, il indique que «le gouvernement a pris toutes les dispositions pour un approvisionnement correct du marché en moutons de Tabaski».
 

Lire aussi: Tabaski 2020: "800 mille mouton attendus au Sénégal", ministère de l'élevage.

Les mesures visent à faciliter la circulation aux éleveurs. A ce titre, indique-t-il, « le Chef de d’État a signé une lettre circulaire suspendant les droits et taxes pendant 90 jours et a ordonné l’assouplissement des contrôles ».
 
Mieux, signale-t-il, la circulation des biens est permise malgré la fermeture de la frontière et les moutons sont concernés par la mesure. «Les moutons sont en train de rentrer et pour le moment les effectifs sont supérieurs à ceux de l’année dernière à la même date par exemple à Kidira, principale porte d’entrée.
 
S’agissant du déplacement des personnes dans les pays voisins qui reste limité, le directeur de l’élevage informe que «les autorités y travaillent pour faciliter les transactions». Dame Sow juge aussi que l’offre nationale de moutons de Tabaski augmente progressivement.
 
Et d’ajouter «le programme national d’autosuffisance en moutons, inscrit dans le PAP2 du PSE, qui mobilise des ressources du BCI mais aussi plusieurs projets de développement autour de cet objectif est en train de donner ses premiers résultats. Il faut, toutefois, reconnaitre que les importations contribuent encore pour une part non négligeable, à la satisfaction des besoins nationaux en moutons de Tabaski»

 

Rédactreur(trice)

0 commentaires

Laisser un commentaire