L’ordre des Docteurs Vétérinaires du Sénégal (ODVS) est une structure regroupant l’ensemble des docteurs vétérinaires du Sénégal. Ainsi à l’école vétérinaire du Sénégal, la seule école vétérinaire de l’Afrique de l’ouest; la cinquième édition de la journée de l’étudiant Vétérinaire du Sénégal s’est tenue ce samedi passé à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. L’Amicale des étudiants Vétérinaires du Sénégal (AEVS) a eu l’occasion d’étaler le chronogramme de leurs activés.


Cependant, l’AEVS a décidé de respecter la coutume d’organisation de la journée de l’Étudiant Vétérinaire sénégalais. Les activités s’étaient déroulés de façon chronologique. De 10H à 14H, des expositions ont été faites sur les métiers du vétérinaire au Sénégal et sur quelques figures historiques. Un match de gala s’est aussi tenu entre étudiants et docteurs vétérinaires. Lors de la cérémonie officielle le président de l’AEVS, Ousseynou Diouf dans son discours a invité ses camarades étudiants a une forte alliance afin d’atteindre les objectifs convoité dans leur planning qui sont : renforcer l’avantage des conditions socio-pédagogiques des étudiants, être l’intermédiaire entre les étudiants et l’administration, défendre les intérêts des étudiants au niveau de l’administration.

Un débat a eu lieu avec les représentants de l’ODVS avec comme thème : la médecine vétérinaire au Sénégal ; quelles démarches entreprendre pour un meilleur professionnalisme. Le président de l’ODVS docteur Boune Pathé Ndiaye n’a pas raté l’occasion d’énumérer les différentes fonctions du vétérinaire. Ce qui veut dire que le vétérinaire est une profession d’un ensemble de métiers. Le docteur vétérinaire doit avoir l’aptitude à être poly-compétent. M. Ndiaye affirme "qu'un vétérinaire doit avoir un faire et un savoir être...il doit être un expert en santé animal; un expert en qualité de denrée; un expert en géotechnique; un environnementaliste; et un gestionnaire… "

L’école vétérinaire sénégalaise est un melting-pot, c’est un lieu de retrouvaille d’étudiants de divers pays. Selon M.Diouf, les difficultés sont souvent liées à l’incompréhension entre les acteurs de la santé animale et les autorités gouvernementales. Les étudiants en provenance d'autres pays sont bien suivis et appuyés par leurs ambassades, mais les étudiants sénégalais ont souvent un problème de communication avec leurs interlocuteurs du ministère de l’enseignement supérieur.

  Doudou diop

Commentaires : 0

Laisser un commentaire

Articles similaires