Séoul à travers la KOICA équipe les riziculteurs du nord au Sénégal.


La Corée du Sud vient de financer  à hauteur de 500 Millions de frs CFA, l’équipement des riziculteurs de Fanaye (nord du Sénégal).  La cérémonie de remise du matériel a eu lieu mardi dans le département de Podor.

Le Sénégal vise l’autosuffisance en riz et la sécurité alimentaire. Pour appuyer cette volonté politique de Dakar, Séoul à travers l’Agence Internationale de Coopération Coréenne (KOICA) au Sénégal a remis mardi un lot de matériels agricoles aux riziculteurs de la commune de Fanaye.
 Pour Eun Ju Cha de KOICA qui avait à ses cotés Dr El hadji Traoré de l’Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA) ce geste de la Corée traduit l’exemplarité de la « coopération entre les deux pays, notamment à travers le partenariat entre les deux instituts ».
 Le matériel remis à la fin d’une session de formation initiée par le projet ISRA/KOICA sur les nouvelles variétés de riz, pourrait participer à l’amélioration de la production de semences certifiées de riz. Il est en effet composé d’une unité de conditionnement des semences pré-base, de deux véhicules et de deux motoculteurs et des batteuses de riz.
 Avant Eun Ju Cha, le Dr El Hadji Traoré a rappelé que l’ISRA encadre  les producteurs de Fanaye et les invite à s’approprier les bonnes pratiques culturales
« Il s’agit de leur permettre d’assurer une meilleure gestion du sol et de l’eau, mais aussi d’impliquer l’approche genre dans le système de production de semences certifiées » a indiqué le directeur scientifique de l’ISRA.
 La station Fanaye de l’ISRA est « un centre phare en matière de recherche, une référence pour la production de semences pré-base certifiées devant aider à l’atteinte de l’autosuffisance en riz, conformément aux objectifs du plan Sénégal émergent (PSE) » a t-il expliqué.
 De leurs cotés,  les producteurs de Fanaye,  ont magnifié l’acte posé par la Corée du Sud et ont souligné l’importance de disposer d’un matériel de qualité  pour faire face aux activités champêtres. Des activités champêtres qui demandent des « moyens » et une « technologie adaptée » permettant d’améliorer et augmenter la production semencière.
Source : Reussirbusiness

Commentaires : 0

Laisser un commentaire

Votre numéro du mois est arrivé

En vedette

Accompagnement

Nos partenaires

Discutez avec Senagriculture Média
sur WhatsApp